Clélia Barthelon

Archéologie très expérimentale

2017 - 2018

Performance de 3h et en trois actes : la représentation, la chasse, la fête.

La représentation : trois sérigraphies notices à paillette sur papier 160g 15 x 12,5 cm, highlighter liquide, son.

La chasse : une pinata de carton, papier crépon, scotch, un pied de table en bois pour frapper, bandeau.

La fête : paillettes, musique, lumière, vin.


L’art pariétal comme première trace d’envie de récit par l’Homme. Premières images, premières narrations dont nous avons encore accès. Après avoir arpenté la grotte de Rouffignac et le Font de Gaume, j’ai été captivée par ces lignes de mammouths. Du bout de la trompe à la queue.

J’ai voulu faire partager cette expérience en invitant le visiteur à dessiner ces lignes sur le mur, en utilisant uniquement leurs doigts. Transformer la salle en grotte. Puis partir en chasse. Une chasse dont on connaît déjà le dénouement puisque la piñata nous attend sagement, suspendue au milieu de l’espace. Une fois le sacrifice effectué, le mammouth se révèle être rempli de confettis et de paillettes grossières, invitant à la fête.

Tout sera laissé en l’état. Le lendemain on pourra se déplacer dans un espace post célébration. Les murs devenus grotte, les paillettes et les bouts de mammouth se seront déplacés dans tout l’espace, envahissant les couloirs environnants, taches de vin au sol et gobelets en plastique laissés là.